« Islamo-gauchisme » : Le retour de l’Anti-France

Les déclarations de Frédérique Vidal sur « l’islamo-gauchisme » s’inscrivent dans une bataille politique de délégitimation de la gauche qui dépasse le strict cadre universitaire.

Vulgaire cabale ou offensive idéologique ? Les déclarations de Frédérique Vidal sur CNews, le 14 février, annonçant son intention de « demander au CNRS de faire une enquête sur l’ensemble des courants de recherche dans l’Université » qualifiés d’« islamo-gauchisme » par la ministre afin de « distinguer ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève du militantisme, de l’opinion » ont suscité à juste titre l’indignation des présidents d’université et du CNRS.

À lire > Pseudo-gangrène et vieille rengaine

Ce n’est pas la première fois que des courants de recherche en sciences humaines sont accusés dans les médias de frilosité face à l’islamisme. Y compris de la part de professeurs et de chercheurs en conflit intellectuel avec eux. Une centaine d’entre eux s’étaient érigés en censeurs des « idéologies indigéniste, racialiste et “décoloniale” » dans un « Manifeste », publié début novembre, réclamant la mise en place de « mesures de détection des dérives islamistes » dans l’université. Mais il est inédit qu’une ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche prenne ainsi parti dans une cabale sur fond de querelles idéologiques et de rivalités de carrière. En validant une pseudo-enquête du Figaro (12 février) qui accusait, sur cinq colonnes à sa une, « l’islamo-gauchisme de gangrener l’université », en acquiesçant aux propos de Jean-Pierre Elkabbach, qui y voit « une sorte d’alliance entre Mao Tsé-toung et l’ayatollah Khomeini » (sic), Frédérique Vidal, dont le ministère est aussi celui de « l’Innovation », innove. Et se déconsidère intellectuellement.

Il serait naïf de ne voir dans cette sortie de route qu’un dérapage d’une ministre mal aguerrie qui serait tombée dans le piège tendu par un journaliste habitué à en tendre.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En bonne voix

Médias
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.