Dossier : Loi séparatisme et quartiers populaires : les associations en danger

Quartiers populaires : Une loi de séparatisme social

Avec la loi « séparatisme », les associations, véritables relais de l’État, notamment dans les quartiers populaires, craignent d’être empêchées dans leurs missions.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans l’épais projet de loi « confortant le respect des principes de la République », adopté en première lecture cette semaine à l’Assemblée nationale et désormais entre les mains du Sénat, on cherchera en vain les mots « islam » ou « musulmans » – la notion d’« islamisme radical » se trouve dans l’exposé des motifs. Pourtant, c’est bien une législation répressive que le gouvernement est en train d’instaurer, dont l’islam est la cible et la préservation de la laïcité le prétexte, visant les associations, les lieux de culte, l’enseignement à domicile… En revanche, le séparatisme entre les riches et les pauvres n’est pas un sujet de préoccupation. Exit les mesures sociales, en particulier contre la discrimination à l’embauche et au logement, promises par Emmanuel Macron lors de son discours aux Mureaux, le 2 octobre 2020, qui annonçait ce projet de loi.

Résultat : les associations, véritables relais de l’État, notamment dans les quartiers populaires comme ceux d’Argenteuil (Val-d’Oise) où la précarité systémique s’est renforcée avec la crise sanitaire, craignent légitimement d’être en butte à des mesures les mettant en danger. À l’heure de l’extrême droitisation des débats publics, leur combat au quotidien, comme celui des organisations qui dénoncent un racisme d’État, pourrait être empêché. Un frein à la solidarité qui révèle, selon plusieurs chercheurs, la crainte plus large de voir des citoyens s’auto-organiser pour défendre leurs droits.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.