Patrick Chamoiseau : « La résistance s’est faite par la création »

Patrick Chamoiseau met en exergue le père de la littérature antillaise : l’esclave qui prenait la parole lors des veillées mortuaires.

De sa Martinique natale, Patrick Chamoiseau a répondu à nos questions par Skype avec générosité. En écho à son magnifique Le Conteur, la Nuit et le Panier, il mêle ici considérations sur la littérature, la politique et ce que lui (nous) ont apporté Aimé Césaire et Édouard Glissant (1). Vous évoquiez déjà votre formation d’écrivain dans Écrire en pays dominé (Gallimard), paru en 1997. Qu’avez-vous découvert depuis qui vous a poussé à y revenir ? Patrick Chamoiseau : Sciences Po-Paris m’a proposé une chaire…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.