Trans Kabar : Brûlant métissage

Au confluent du maloya, du rock et du jazz, le quatuor Trans Kabar publie un deuxième album intense.

Si Trans Kabar s’est formé en région parisienne, durant l’automne 2017, le groupe plonge ses racines outre-mer, dans les eaux profondes du maloya. Évoquant un style de blues plus rythmé, cette musique emblématique de La Réunion, chantée en créole, a été interdite par les autorités françaises à la fin des années 1950. Elle a néanmoins continué de se pratiquer et de se transmettre clandestinement, via en particulier les « servis kabaré », des rituels festifs très populaires qui mêlent invocation des esprits, danse et musique. Trans Kabar – dont le nom fait référence à ces fameux rituels et suggère par ailleurs l’idée de transversalité – s’approprie le maloya avec autant de vigueur que d’audace, le confrontant à d’autres univers sonores pour mieux le régénérer.

Il reste 59% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ce que révèle l’affaire des sous-marins

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.