Ukraine : De la solidarité dans l’art

Un réseau d’entraide s’organise entre les milieux de la culture et le pays frappé par la guerre. Certains lieux accueillent des artistes ukrainiens, mais aussi des Russes dissidents en exil. Une urgence qui s’inscrit déjà dans la durée.

Ce 22 mars, l’Atelier des artistes en exil (aa-e) ne présente aucun signe extérieur de crise ni d’agitation. Dans le grand hall d’accueil du 6, rue d’Aboukir, dans le deuxième arrondissement de Paris, tout près de la place des Victoires, où l’association cofondée en 2017 par Judith Depaule et Ariel Cypel est installée depuis 2020, les calmes allées et venues d’artistes et de membres de l’équipe témoignent des nombreuses activités qui se tiennent quotidiennement dans les 1 000 mètres carrésdu lieu. La musique qui nous parvient de l’une des salles témoigne de la présence d’artistes au travail. D’autres musiciens, plasticiens ou encore artistes de théâtre – toutes les disciplines sont représentées à l’aa-e, qui soutient à ce jour quelque 350 artistes – viennent suivre un cours de français ou bénéficier de l’appui social et artistique offert par la structure. Cette organisation bien réglée cache pourtant un état d’urgence.

Depuis le 24 février, date de l’invasion de l’Ukraine par l’armée de Vladimir Poutine, Judith Depaule et son équipe d’une vingtaine de personnes sont en effet mobilisées pour venir en aide aux artistes ukrainiens et russes dissidents que la guerre pousse vers la France. «Les personnes se dirigeant d’abord vers les pays limitrophes tels que la Pologne ou la Géorgie, les demandes d’aide ont, dans un premier temps, été peu nombreuses à nous parvenir. Elles commencent depuis quelques jours à l’être davantage», détaille Judith Depaule, à qui la Maison des métallos vient de consacrer, ainsi qu’à son association, toute sa programmation du mois de mars.

Pour affronter ce contexte, dont les évolutions sont imprévisibles, et coordonner les actions de tous les lieux culturels français qui se sont très vite portés solidaires de l’Ukraine, l’aa-e a mis en place deux lignes téléphoniques directes : l’une consacrée aux artistes ukrainiens, l’autre aux artistes russes. Le fonds de soutien de 1 million d’euros mis en place par le ministère de la Culture pour l’accueil des artistes et professionnels de la culture ukrainiens financera, entre autres, ce dispositif.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.