« La Fête des roses », de Sylvain Maurice : Solo pour une guerrière

Sylvain Maurice adapte Penthésilée, d’Heinrich von Kleist. Sa Fête des roses offre à Norah Krief un passionnant terrain de jeu.

Si le covid a causé la suppression de nombreux spectacles, il est aussi à l’origine de certains autres. La Fête des roses, mis en scène par Sylvain Maurice, qui s’apprête à quitter le Théâtre de Sartrouville, qu’il dirige depuis 2013, est de ces « enfants » de la pandémie. Comme beaucoup d’entre eux, il s’agit d’un monologue. La comédienne Norah Krief y interprète une adaptation du Penthésilée d’Heinrich von Kleist (1777-1811), centrée sur la reine des Amazones qui donne son nom à la pièce. Elle n’est toutefois pas seule en scène : comme pour témoigner de l’ambitieux projet mort-né de Sylvain Maurice, dont La Fête des roses prend la place – sa mise en scène du chef-d’œuvre de Kleist aurait dû voir le jour début 2020 –, les musiciens Rishab Prasanna et Dayan Korolic accompagnent Norah Krief dans sa traversée du drame, à laquelle elle donne une allure très personnelle.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.