blog /

Publié le 27 novembre 2009

Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

None

Le 25ème Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis , dont la directrice veut «autoriser les enfants, les jeunes, les familles à tutoyer la littérature avec bonheur» 1, a été inauguré avant-hier à Montreuil par le gratin de l'édition (qui sait que ce «rendez-vous incontournable dans notre agenda culturel» 2 est avant tout une affaire de (très) gros pognon3), en présence, notamment, de Claude Bartolone, président «socialiste» du conseil général de la Seine-Saint-Denis, de Jean-Paul Huchon, président «socialiste» du conseil régional, et, bien sûr, de la mairesse de Montreuil, Dominique Voynet.

Tous ces braves gens ont passé la soirée à trinquer - au champagne, comme de juste - et à se congratuler - saines joies de l'entre soi - en se répétant, je suppute, ces fortes paroles du même Bartolone: «La lecture offre du rêve et de l'évasion d'un quotidien parfois difficile» .

Juste en face de l'entrée du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis , rue Marcel Dufriche, il y a (justement) une friche industrielle.

Donc, tu as, d'un côté, l'entrée du salon et l'accès «VIP» - que voici:

Illustration - Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

Et juste en face, tu as cette friche, que voilà:

Illustration - Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

Avant l'inauguration du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis , on y trouvait un campement de Roms.

Une poignée de pauvres cabanes de bric et broc: c'est bien assez pour ces gens-là , n'est-ce pas?

Mais ça faisait quand même sale, dans le paysage.

Ça aurait pu, sait-on jamais, offusquer la vue des gens de culture et de raffinement qui se pressaient hier et se pinçaient le cul à l'inauguration du 25ème Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis .

(Merde alors, Chantal, peut-on encore petit fourrer sans que des gueux campent dans l'horizon?)

Heureusement, juste avant qu'il n'ouvre ses portes - et par l'effet d'une ravissante coïncidence: des bulldozers ont arasé le campement des Roms.

Ils sont maintenant parqués dans quelques tentes, apportées par des militant(e)s, à quelques dizaines de mètres à peine de l'entrée du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis .

Juste assez loin pour ne pas incommoder les petits nenfants qui viennent par classes entières filer du pognon à d'éminents éditeurs soucieux de «la réussite de notre jeunesse» .

Ils sont là:

Illustration - Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

Évidemment: leurs enfants dorment dans la rue, sous la pluie, dans le froid - et ça leur fait sans doute un quotidien parfois difficile.

Pour autant: nul «VIP» du livre pour la jeunesse ne les aide à tutoyer la littérature, le rêve, l'évasion.

Illustration - Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

Mais Voynet, qui avait promis qu'en votant pour elle Montreuil gagnerait «une vie politique moins violente» , se défausse sur «un propriétaire privé» [[Son communiqué (tardif): «Aux exposants et participants du Salon du livre et de la presse jeunesse. L'inauguration de la 25ème édition du Salon du livre et de la presse jeunesse a été émaillée hier soir de quelques incidents, en protestation contre l'expulsion d'un bidonville situé en face de la halle qui accueille le Salon. Cette expulsion a été faite le 16 novembre par la Police Nationale , sur décision de justice, et à la demande d'un propriétaire privé. Contrairement à ce que d'aucuns voudraient laisser croire, la ville de Montreuil n'est ni dans une posture, ni dans des pratiques d'exclusion vis à vis des roms. Au contraire, elle revendique et assume une politique d'accueil digne et de solidarité. Quoiqu'elle ait été niée constamment auparavant , la présence de personnes issues de la communauté roms à Montreuil remonte à des dizaines d'années en arrière. A la suite d'un incendie survenu en juillet 2008 dans une usine insalubre occupée par plusieurs dizaines de familles roms, la nouvelle municipalité s'est engagée quelques semaines après son arrivée, dans un programme de solidarité d'une ampleur inégalée à ce jour en France. La procédure dénommée MOUS, signée avec la Préfecture , prévoit en effet, outre la recherche active de solutions de logement durable, l'accompagnement social, sanitaire, éducatif, pour 330 roms, issus de cette usine incendiée et d'un bâtiment actuellement squatté. Des partenariats ont été instaurés pour ce faire avec l'Etat et la Région, également avec le secteur associatif. L'investissement humain et financier de la ville , probablement le plus élevé de notre pays, est considérable en regard de son potentiel budgétaire , eu égard aussi aux 6000 demandes récurrentes de logement enregistrées par ailleurs, dont certaines remontent à prés de dix ans. Des résultats positifs existent d'ores et déjà : toutes les personnes sont officiellement domiciliées, toutes ont obtenu l'ouverture des droits afférents en particulier en matière de santé. Plusieurs dizaines d'enfants sont scolarisés, un travail de fond en terme d'alphabétisation et d'insertion professionnelle a été engagé. Les efforts ainsi déployés vont courageusement à contre courant des préjugés et des réticences de certains habitants regroupés en plusieurs associations hostiles à l'installation des roms dans des logements durables. Ils montrent qu'une politique humaine, généreuse , accueillante et efficace est possible si on s'en donne les moyens. Cependant, il est manifeste que ces efforts déployés par la seule ville de Montreuil ne suffisent pas à traiter avec humanité l'ampleur des besoins liés à l'arrivée de roms et d'autres populations de réfugiés économiques, politiques, (demain climatiques ?) en île de France. Ainsi, devant les conséquences qu'aurait la multiplication de bidonvilles insalubres sur le territoire de la commune, et en premier lieu pour la santé et la sécurité des familles qui s'y trouveraient , la mairie de Montreuil sait bien qu'il n'est pas possible de les laisser se déployer sur des terrains vagues sans eau, ni sanitaire, ni gestion des déchets, ni équipements d'aucune sorte. La municipalité de Montreuil demande donc instamment à l'Etat et à toutes les municipalités voisines de prendre leurs responsabilités , en arrêtant de jeter dans l'errance les populations roms de ville en ville, et de déployer les moyens humains et budgétaires nécessaires pour un accueil digne des familles , comme elle le fait elle même. Face aux invectives contradictoires sur le « trop d'actions » ou le « pas assez d'actions », la municipalité poursuivra sans faiblir ses efforts en faveur des populations roms. En la matière, les politiques de l'autruche, de l'indifférence de la défausse systématique sont dangereuses, inefficaces et inhumaines.Il est temps que chacun prenne sa part dans l'effort commun de solidarité. Dominique Voynet.
Maîtrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale» ]].

Bartolone, quant à lui, préfère proclamer: «Chaque année, 30.000 enfants de toutes nos villes visitent ce Salon en famille» (sans qu'on leur dise évidemment qu'en authentiques «socialistes» nous laissons d'autres gosses dans la faim et le froid à cinquante mètres de là).

**Post-scriptum (8 décembre 2009): le 3 décembre, l'« adjointe chargée des déplacements et de la Voirie » à la mairie de Montreuil a signé un arrêté municipal (ci-dessous) prévoyant de faire procéder au « nettoyage » et à la « désinfection » de la rue Gutenberg - et priant la police de bien vouloir se charger de « l’exécution » de cet arrêté.

Illustration - Le Salon Du Livre Et De La Presse Jeunesse En Seine-Saint-Denis A 25 Ans, Et, Par Chance: L'Incommodant Spectacle Des Roms Et De Leurs Enfants Ne Risque Plus De Gâcher «La Fête»

Le 4 décembre à midi, les Roms ont par conséquent été virés - pour la deuxième fois en quelques jours.

Leurs tentes ont pu être sauvées in extremis par des militant(e)s présent(e)s sur les lieux.

La mairie de Montreuil explique avoir été saisie par des riverain(e)s se plaignant de la présence de «rats» .

Les Roms n’ont pas été relogés.

À suivre...**


  1. Ne ris pas, s'il te plaît. 

  2. Comme l'appelle Claude Bartolone, qui en est le «coproducteur» - ne ris pas, s'il te plaît. 

  3. Puisqu' «aujourd'hui, un livre sur cinq achetés est un livre destiné aux enfants, et l'édition française serait en stagnation sans le dynamisme du secteur jeunesse»


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.