blog /

Publié le 14 février 2010

La drôle de gauche du Parisien

None

Illustration - La drôle de gauche du Parisien

Le Parisien de ce dimanche publie un sondage réjouissant.* En politique, c'est pas tous les jours qu'il y a matière à se réjouir. Je suis donc allé regarder ça de près.

Non seulement la gauche aurait tort de pavoiser, mais il la présentation même des résultats de ce sondage a de quoi énerver. Jugez vous mêmes.

Pourquoi une seule liste, à gauche comme à droite?

  • Vous aurez noté que Lutte ouvrière comme le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ne sont pas classés à gauche. Depuis quand? Les grands penseurs qui dirigent le Parisien ont-ils demandé leur avis à Nathalie Arthaud (ou Arlette Laguiller) et à Olivier Besancenot?
  • A contrario, le tableau reproduit ci-dessus donne à penser que le MoDem de François Bayrou et les listes de l'Alliance écologiste indépendante (AEI) sont de gauche. C'est peut-être l'avis du Parisien , et hélàs de Libération ou du Nouvel Observateur , mais «la réalité du terrain» dont affirme se prévaloir ce quotidien populaire est bien différente. Pour le MoDem, je n'insiste pas, vous connaissez. En ce qui concerne l'AEI, un exemple suffira: « L'alliance écologiste regroupe des personnes de droite comme de gauche » , explique sa tête de liste en PACA, France Gamerre dans La Provence . De 2001 à 2008, cette dame a été adjointe au maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui est comme chacun sait une figure de la gauche! Elle vient de rallier à sa liste un ancien adjoint UMP de la maire d'Aix-en-Provence, Stéphane Salord, qui menait une liste divers-droite dans la municipale partielle de juillet dernier. La gauche rêvée du Parisien n'est décidemment pas celle de Politis .
  • Détail croquignolet, le « total gauche » présenté ne va pas jusqu’à comptabiliser les scores du MoDem et de l’AEI. De même, le « total droite » ne prend pas en compte le résultat annoncé du Front national. Pourquoi alors avoir présenté ainsi le tableau, si ce n’est pour imposer subrepticement un message subliminal ?
  • Bonne nouvelle, aucun des sondés est « sans opinion ». C’est surprenant mais c’est ainsi. Faites le calcul ! En dépit de la petite mention « la différence avec 100 correspond aux sans-opinion » , le total des intentions de vote de toutes les listes est égal à 100.
  • Mauvaise nouvelle, l’abstention est estimée à 47 %. C’est énorme ! En 2004, l’abstention avait été de 37,9 %, et de 40,8 % si on y ajoute les votes blanc et nuls. Et la gauche devrait se réjouir qu’un citoyen sur deux ne participe pas au vote ? On voit trop bien quelle gauche pourrait se satisfaire de cette grève des urnes. Cette gauche qui a les faveurs du Parisien est celle qui dit aux électeurs : « Ne vous occupez de rien on s’occupe de tout. » On connaît la suite.

Le projet politique d’une gauche de gauche est incompatible avec un peuple absent de la scène politique. Du Nord au Midi, en passant par la Bretagne ou la Bourgogne, les listes de cette gauche essaient au contraire d’inciter les électeurs à s’impliquer dans la bataille. En leur expliquant que les régionales sont leur affaire. Que la Région décide de politiques pour l’emploi, le logement, les transports, l’éducation, les services publics, l’environnement… Tous domaines qui ont des répercussions sur leur vie quotidienne.

La gauche, la vraie (pas celle rêvée par le Parisien ), est au contraire inquiète quand on lui annonce qu’un électeur sur deux compte s’abstenir.


Tags

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.