Pour un Bellacio non partisan

Michel Soudais  • 30 janvier 2007
Partager :

C’est une guerre sourde. Elle se mène entre antilibéraux et sur le net, où elle fait beaucoup de bruit. Son écho nous est d’abord parvenu par des mails de lecteurs. Il s’est répandu ensuite jusque dans les commentaires postés au bas des posts du blog des rédacteurs où des internautes se plaignent d’être censurés sur le site de Bellaciao.

En un mot, ils accusent le célèbre site d’information alternatif de rouler pour Marie-George Buffet. Et de dénigrer sciemment ou de laisser insulter tous ceux qui ne voient pas dans sa candidature l’incarnation du rassemblement unitaire antilibéral.

Un petit surf sur Bellaciao permet de constater que les prises de position et les rendez-vous de la candidate du PCF y figurent en bonne place. La présence du collectif Bellaciao au premier meeting de sa campagne, au Zénith, le 23 janvier, était elle aussi visible.

La tonalité de la majorité des commentaires sur la controverse touchant à la candidature unitaire, laisse peu de doute sur l’existence d’un filtrage. Sauf à croire à une croissance spontanée du nombre de militants communistes au sein de la gauche.

Quant au bon goût des polémistes pro-Buffet, je vous laisse juge.

<doc2242|center>A la vue de ces quelques éléments, il nous a semblé utile de nous faire l’écho de la lettre ouverte de quelques acteurs du net bien connus dans la mouvance antilibérale. Il est entendu que nous accueillerons pareillement Roberto Ferrario s’il veut y répondre.

Lettre ouverte à Roberto Ferrario, à l’équipe de Bellaciao, aux contributeurs et aux lecteurs de ce site.**

Pendant plusieurs années, Bellaciao a été un espace de libre expression, de débats et d’échanges entre les diverses sensibilités de la gauche antilibérale. Nous y avons contribué. La publication y était libre et les commentaires publiés a priori.

Depuis la décision de Marie-George Buffet de faire « cavalière seule », Bellaciao a renoncé à la liberté d’expression. Tout ce qui s’éloigne de la ligne officielle de la direction du PCF est censuré avant publication. Il n’y a plus de débat.

Roberto Ferrario a choisi de soutenir cette candidature, c’est son droit. Le problème est que Bellaciao piétine sa charte fondatrice en publiant pléthore d’articles et commentaires injurieux, diffamatoires, mensongers. Tous les contributeurs qui osent contredire ce prêt-à-penser sont censurés et leurs adresses Internet interdites d’expression.

Nous déplorons le repli sectaire d’un site qui naguère combattait avec nous cette tyrannie libérale qui asservit l’humain et détruit la planète. Nous sommes déçus et peinés par les injures, les insinuations et les propos blessants validés par les « modérateurs » de Bellaciao.

Nous appellons solennellement nos camarades et amis de Bellaciao à offrir aux internautes un espace qui privilégie le débat d’idées autour de nos 125 propositions aux attaques personnelles, et à renouer ainsi avec l’ouverture et le dialogue.

Nous les appelons enfin à poursuivre avec nous la lutte commune contre notre principal ennemi : l’ultra-libéralisme sauvage.

Avec toute notre amitié, dans le respect mutuel de nos diffférences.*

Franck Merat alternativeunitaire2007.org,

Catherine Tricot regards.fr,

Laurent Bouvier salades-nicoises.net,

Marie-Ange Patrizio (traductrice, en particulier pour ilmanifesto.it et lettera22.it),

Sophie Guiroy alternativeunitaire2007.org,

Jean-Robert Velveth collectifdu29mai.org,

Isabelle Barthélémy dual-web.org,

Didier Demory c.unitaire2007.34.free.fr,

Christian Denis grainvert.com et unisavecbove.org,

Maud Guenfoud unisavecbove.org,

Minga revoltes.net et unisavecbove.org

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don