Sarkoland: des blogueurs en grève

Michel Soudais  • 27 janvier 2007
Partager :

Le fait est assez inédit pour mériter qu’on le signale. Les sites internet et les blogs citoyens d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) étaient aujourd’hui en grève pour défendre la liberté d’expression . Une grève sur internet, c’est quasiment du jamais vu!

Qu’est-ce qui a donc bien pu pousser de paisibles blogueurs, d’appartenance ou orientation politiques variées, à décider cette action inédite ?

Tout simplement les atteintes répétées à la démocratie locale réalisées par la majorité municipale du député-maire, Manuel-Aeschlimann :

  • Confiscation des panneaux d’expression libre de la Ville

  • Multiplication de panneaux plébiscitaires illégaux sur les réverbères

  • Censure des tribunes libres de l’opposition dans le journal de la Mairie

  • Présence d’un huissier au Conseil municipal

  • Harcèlement judiciaire à l’encontre des élus de l’opposition et des blogueurs

Or ce 27 janvier, Nicolas Sarkozy avait prévu de partager une galette avec la section UMP d’Asnières. Les blogueurs d’Asnières entendaient donc, par leur geste, demander au candidat déclaré à la présidence de la République, de condamner publiquement ces entorses répétées au pacte républicain, pratiquées par Manuel Aeschlimann et son équipe.

Les internautes sont de doux rêveurs. Il y avait peu de chance en effet que Nicolas Sarkozy désavoue un de ses meilleurs soutiens, dont il a fait l’un de ses principaux conseillers à l’UMP, élu en outre dans un département dont il est le patron grâce à l’appui d’édiles utilisant les méthodes reprochés à Manuel Aeschlimann.

Leur protestation aura néanmoins permis de rappeler quelles sont les pratiques démocratiques en vigueur dans les villes de droite du Nord des Hauts-de-Seine. Un territoire surnommé aussi Sarkoland en raison de l’identité de son patron.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don