La démocratie, tout simplement

Un premier tour sans Dominique Voynet, ni Olivier Besancenot, ni José Bové ! C'est possible. Et probable, si les élus qui ont le pouvoir d'autoriser des représentants des courants d'idées, électoralement ou politiquement significatifs, à être candidats renâclent à leur devoir. Or, en l'état actuel des promesses de parrainage recueillies par ces candidats et quelques autres, dont Jean-Marie Le Pen (voir ci-contre), l'élection présidentielle risque de se jouer à huis clos. Si tel était le cas, le débat…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents