Le Moyen-Orient et la présidentielle

Les dossiers internationaux ne pèsent généralement pas très lourd dans nos campagnes électorales. Mais le Proche-Orient, l’Irak et l’Iran risquent cette fois de s’inviter dans le débat politique franco-français.

Si elle était élue, Ségolène Royal parlerait-elle avec le Hamas ? La candidate socialiste l'avait promis avant d'opérer un virage spectaculaire pendant son voyage en Israël. S'opposerait-elle à l'accès de l'Iran au nucléaire civil ? Elle en a pris l'engagement lors d'un débat sans que l'on sache s'il s'agit de la théorisation d'un lapsus (« civil » au lieu de « militaire ») ou d'une position mûrement réfléchie. Nicolas Sarkozy peut-il, s'il est élu, aller jusqu'au bout d'une logique atlantiste en rupture…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents