Les exploitants et les exploiteurs

Kadir van Lohuizen a suivi plusieurs années la filière
des diamants en Afrique. Des profits colossaux
sur le dos des populations locales.

La géographie est vite plantée. Le décor aussi. Congo, Sierra Leone et Angola. Des pays terrassés par leurs sols, les luttes intestines pour leurs riches matières premières. Acte I : dans les années 1990, en Angola comme en Sierra Leone, les gisements de diamants sont essentiellement contrôlés par les rebelles. Parce que le commerce de diamants permet d'acheter des armes. Acte II : les filières de diamants se plient à l'opinion publique, et, fin 2002, un accord est signé par un grand nombre de pays…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents