Ségolène Royal (trop) consensuelle

Au lendemain du discours-programme de Villepinte, nous avons demandé à Pierre Larrouturou, à Éric Fassin et à Joo Zimmermann de passer au crible les propositions de la candidate. Leur jugement est nuancé.

La campagne est désormais ouverte. Le parti socialiste et ses alliés chevénementistes et radicaux n'avaient qu'une candidate. Dans un discours fleuve de près de deux heures, Ségolène Royal leur a présenté, dimanche, le « pacte présidentiel » qu'elle souhaite contracter avec les Français. Un « pacte d'honneur et de confiance » de cent propositions ordonnées en neuf chapitres aux titres prometteurs. Elle serait ainsi « la présidente de la confiance retrouvée » , « la présidente du pouvoir d'achat garanti » ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.