Tariq Ali : « j’ai toujours été un dissident »

L’écrivain britannique Tariq Ali publie un pamphlet contre le blairisme.
Il revient ici sur son parcours militant, décortique la politique néolibérale
du New Labour et s’alarme des menaces pesant sur les libertés publiques.

Olivier Doubre  • 15 février 2007 abonné·es
Tariq Ali : « j’ai toujours été un dissident »
© Quelque chose de pourri au Royaume-Uni. Libéralisme et terrorisme, Tariq Ali, traduit de l'anglais par Jean-Luc Fidel, Raisons d'agir, 144 p., 6 euros.

Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours d'écrivain et de militant ?

Tariq Ali : Je suis né en 1943 à Lahore, qui est aujourd'hui au Pakistan. À 19 ans, je suis parti étudier à Oxford, où, peu après, à cause de la dictature militaire au Pakistan, mon passeport a été annulé. Je me suis donc retrouvé coincé en Angleterre. Par la suite, je suis devenu très actif dans le mouvement contre la guerre du Viêtnam et les mouvements de 1968. En mai 1968, j'ai rejoint le groupe britannique de la 4e Internationale, qui était l'équivalent de la LCR de Daniel Bensaïd et d'Alain Krivine en France. C'était pour moi l'organisation trotskiste la moins sectaire. Je l'ai quittée en 1980, parce qu'elle m'apparaissait de plus en plus refermée sur elle-même. Depuis, je n'ai cessé d'écrire. Après deux premiers ouvrages sur le Pakistan, j'ai publié de nombreux livres sur l'histoire et la politique. J'ai aussi, durant les années 1980, écrit des pièces de théâtre et des scénarios. J'étais alors très engagé dans les courants culturels alternatifs radicaux sous les gouvernements Thatcher et Major. J'ai donc, si vous voulez, été de tout temps un dissident.

Tariq Ali le 24 janvier 2003, à Porto Alegre, Brésil. AFP /Mauricio Lima.

Il y a plus de vingt ans maintenant que j'ai commencé à écrire de la fiction, essentiellement sur deux thèmes : une série de cinq ouvrages sur les rapports entre islam et Occident [^2] et une trilogie sur la chute du communisme. Je pensais que je n'écrirais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
Gaza, cette moins que rien
Intersections 21 février 2024

Gaza, cette moins que rien

Les soldats israéliens n’hésitent pas à mettre en scène leurs exactions contre les Palestiniens dans des photographies, devenant des éléments fondamentaux du processus de torture lui-même.
Par Kaoutar Harchi
La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes
Livre 21 février 2024 abonné·es

La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes

Le politiste Alessio Motta revient sur quarante ans d’émeutes urbaines en analysant le processus qui les voit s’étendre sur une grande part du territoire, la plupart après des violences policières.  
Par Olivier Doubre
« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre