Une télé de rêve

La 20e édition du Fipa a montré le meilleur de la production pour le petit écran.

Courant sur près d'une semaine, à Biarritz, le Festival international de programmes audiovisuels (Fipa) possède son lot de chiffres. Trois cents oeuvres, réparties en différentes sections (fictions, documentaires, séries, reportages). Soit une masse d'images, ouverte au public et aux professionnels, qui viennent précisément ici pour faire leur marché, de quoi remplir les grilles. Au reste, on y observe des oeuvres déjà diffusées ( Poison d'avril , ou encore l'Embrasement et Death of a President ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents