Au nom du fils

Une belle transposition, par Thibault de Montalembert,
de la « Lettre au père » de Kafka.

Kafka et son papa, ça n'allait pas ! On le sait si on a lu la Lettre au père et, si on ne l'a pas lue, on sait naturellement que les relations filiales et paternelles ne sont pas d'une simplicité évangélique. Le théâtre peut éclairer encore davantage cette affaire-là. Dans le moment que nous proposent Thibault de Montalembert, metteur en scène, et Thierry de Peretti, acteur en solo, les mots de Kafka brûlent, en effet, d'une manière singulière. L'identification qui s'opère ­ nous redevenons tous des fils…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.