Coquin cocasse

Michel Tyszblat expose à Lyon ses toiles
et aquarelles récentes. Du ludique courtisant
les équilibres. Foutrement malicieux.

Jean-Claude Renard  • 1 mars 2007 abonné·es

Ça a débuté comme ça. Par des allures de quincaillerie pigmentée. Un magasin pittoresque gavé d'objets hétéroclites. Un mariage de la carpe et du lapin. Michel Tyszblat se fait d'abord mécano, ou tourneur fraiseur qui aurait mal

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes