Délit de solidarité

Ingrid Merckx  • 29 mars 2007 abonné·es

« Outrage et dégradation de biens publics en réunion » : c’est sur ce motif que Valérie Boukobza, directrice d’une école maternelle rue Rampal, dans le XIXe arrondissement à Paris, a passé sept heures en garde à vue, vendredi 23 mars. Initialement, elle devait témoigner des incidents qui ont opposé parents d’élèves et forces de l’ordre devant son établissement, le 20 mars. Ce jour-là, un sans-papiers chinois est interpellé dans un café, près de l’école Rampal, où il attend la sortie de ses petits-enfants. Alertés par une succession de rafles depuis plusieurs jours, une vingtaine de parents d’élèves, dont des membres du Réseau éducation sans frontières (RESF), se rassemblent et s’interposent. Renfort de la brigade anti-criminalité, chiens, matraques, la situation dégénère : certains manifestants se couchent par terre pour barrer la route aux véhicules de police. Véhéments mais non-violents, ils sont dispersés manu militari et à coup de gaz lacrymogène.

L’affaire, qui a beaucoup choqué parents et enfants, vire au scandale. La police utiliserait-elle les sorties d’école pour capturer les sans-papiers ? Le maire du XIXe, Roger Madec, a demandé au ministre de l’Intérieur de « faire cesser le harcèlement, les contrôles aux faciès et les interpellations humiliantes » . Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déclaré au Premier ministre qu’il jugeait « inacceptable d’organiser des formes d’embuscade » . Idem pour la vingtaine de directeurs d’écoles qui ont demandé au recteur de condamner « le procédé de rafle ». Lundi 26 mars, les principaux syndicats enseignants, ainsi que la Fédération des parents d’élèves, le syndicat lycéen FIDL, RESF et SOS Racisme ont appelé à un rassemblement devant le rectorat ­ qui estime que cette affaire, intervenue hors temps scolaire, ne le concerne pas ­ pour dénoncer « le délit de solidarité avec les sans-papiers » . Selon un membre de RESF, l’affaire de la rue Rampal « est une sorte de parabole et peut-être une anticipation de ce qui attend la société si le ministre de la chasse à l’enfant atteignait son objectif » .

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant