Délit de solidarité

« Outrage et dégradation de biens publics en réunion » : c'est sur ce motif que Valérie Boukobza, directrice d'une école maternelle rue Rampal, dans le XIXe arrondissement à Paris, a passé sept heures en garde à vue, vendredi 23 mars. Initialement, elle devait témoigner des incidents qui ont opposé parents d'élèves et forces de l'ordre devant son établissement, le 20 mars. Ce jour-là, un sans-papiers chinois est interpellé dans un café, près de l'école Rampal, où il attend la sortie de ses petits-enfants.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents