Les contradictions du Président colombien

Le 5e anniversaire de détention d'Ingrid Betancourt a été l'occasion d'entendre tout et son contraire à propos de l'évolution des rapports entre les Farc et le Président colombien, Alvaro Uribe. Par la voix du numéro deux de la guérilla marxiste (17 000 hommes, détenant plus de 1 000 otages), les révolutionnaires ont vivement critiqué l'attitude du Président, qu'ils jugent « prisonnier du délire de sauver les otages par le feu et par le sang » . Le chef de l'État donnait malgré lui raison à ces accusations…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.