Olivier Besancenot : « L'indépendance peut être payante »

Candidat pour la seconde fois à l’élection présidentielle, le porte-parole de la LCR expose ses objectifs et ses thèmes de campagne. Et rejette le principe d’une alliance avec le PS.

Votre slogan, « Nos vies valent plus que leurs profits », est le même qu'en 2002. Est-ce à dire que rien n'a changé ? Beaucoup de choses ont changé, mais comme on n'a pas cherché à faire autre chose politiquement que ce que préconisent le FMI, l'OMC ou la Commission de Bruxelles, il faut bien constater que la mondialisation, dont je parlais déjà beaucoup en 2002, se retrouve un peu plus dans nos vies quotidiennes, avec les quartiers populaires transformés en ghettos, l'environnement saccagé pour les riches…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.