Persona non grata

Le sombre récit de jeunes clandestins qui cherchent en Europe refuge et travail.

On se souvient de ces premières lignes de Voyage au bout de la nuit , déclamées par Bardamu à son compagnon, Arthur Ganate, carabin comme lui. « Un grand ramassis de miteux [...] , chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. » Les lignes de Louis Ferdinand Céline pourraient très bien légender ce film de Bruno Ulmer. Le réalisateur a suivi une poignée de clandestins errant à travers l'Europe. Une galerie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents