Philippe Corcuff : « Keny Arkana : un combat collectif, personnel et spirituel »

Sociologue et militant alter-mondialiste, Philippe Corcuff trouve dans les textes de la rappeuse Keny Arkana un langage métissant
la force
et la fragilité,
et une rhétorique proche
de celle
du sous-commandant Marcos.

Phillipe Corcuff  • 22 mars 2007 abonné·es

Politis (n° 942) a judicieusement braqué les projecteurs sur Keny Arkana, « contestataire qui fait du rap » , marseillaise et altermondialiste. Son album, Entre ciment et belle étoile (2006), pointe de nouveaux sentiers émancipateurs pour des radicalités puisant dans les traditions critiques mais s'efforçant de rompre avec les langues mortes politiciennes.

Keny esquisse un métissage inédit du langage de la force et de celui de la fragilité, des mots du combat et de ceux de la découverte tâtonnante

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes