Philippe Corcuff : « Keny Arkana : un combat collectif, personnel et spirituel »

Sociologue et militant alter-mondialiste, Philippe Corcuff trouve dans les textes de la rappeuse Keny Arkana un langage métissant
la force
et la fragilité,
et une rhétorique proche
de celle
du sous-commandant Marcos.

Politis (n° 942) a judicieusement braqué les projecteurs sur Keny Arkana, « contestataire qui fait du rap » , marseillaise et altermondialiste. Son album, Entre ciment et belle étoile (2006), pointe de nouveaux sentiers émancipateurs pour des radicalités puisant dans les traditions critiques mais s'efforçant de rompre avec les langues mortes politiciennes. Keny esquisse un métissage inédit du langage de la force et de celui de la fragilité, des mots du combat et de ceux de la découverte tâtonnante du monde…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents