Totale rupture

À la différence de la tradition gaulliste, le candidat de l’UMP n’hésite pas à porter bien haut l’étendard du libéralisme. Il veut représenter une droite décomplexée.

Homme de coups ou de convictions ? Quel est le vrai Sarkozy ? Le ministre qui parle de « discrimination positive » et nomme un « préfet musulman » avec « la conviction qu'il faut aussi, sur ces sujets, faire bouger les lignes » 1 ? Ou le président de parti qui ne veut « pas faire une discrimination positive sur des critères ethniques, qui serait la négation de la République » 2 ? Car, à force de parler à des auditoires différents, le candidat de l'UMP ressemble à un caméléon. « Certains en France…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents