Claude Lefort : « Marx n’a jamais cessé de me passionner »

Dans « le Temps présent », le philosophe Claude Lefort a rassemblé soixante ans d’interventions, d’articles et d’entretiens qui ont jalonné son itinéraire intellectuel et politique.

Olivier Doubre  • 19 avril 2007 abonné·es

Pouvez-vous tout d’abord nous rappeler vos premiers engagements, du trotskisme à la création de Socialisme ou Barbarie ?

Claude Lefort : J’ai fait la connaissance, vers 1943-1944, de militants trotskistes. Or, un peu plus tôt, j’avais eu comme professeur de philosophie Maurice Merleau-Ponty, qui, en fin d’année, m’interrogeant sur mes opinions, avait conclu que ce que je lui disais ressemblait fort au trotskisme… Mais je ne connaissais pas du tout Trotski ! Par hasard, j’ai rencontré en khâgne à Henri-IV un militant trotskiste dans la clandestinité, et même dans la «

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes