Financer la bio

Les Jardins de Cocagne , entreprises qui emploient des personnes en réinsertion sociale pour cultiver des légumes bios vendus dans des circuits de distribution solidaires, se tournent vers les finances solidaires. Dans le numéro d'hiver 2007 de leur revue, l'Arrosoir , on apprend que, jusqu'à présent, 75 % des revenus du réseau étaient tirés de subventions (de l'Europe aux régions), et 25 % du produit de la vente des paniers. Une autre source de financement a été trouvée puisque, dorénavant, La Nef propose…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents