Substitution électorale ?

Six pharmaciens, trois médecins et trois personnes soupçonnées de se livrer à un trafic de Subutex®, le médicament de substitution à l'héroïne le plus délivré en France, ont été mis en examen samedi 31 mars pour « infraction à la législation sur les stupéfiants et sur les substances vénéneuses » et « escroquerie à la Sécurité sociale » . Les trois généralistes sont accusés d'avoir prescrit en masse ce produit à des trafiquants, qui utilisaient ensuite de fausses attestations de Couverture maladie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents