Andijan, un massacre occulté

Deux ans après la terrible répression qui a causé la mort d’un millier de manifestants, l’Union européenne a finalement reconduit pour six mois les sanctions contre le régime ouzbek.

Silence. À Andijan, grosse bourgade de 300 000 habitants dans l'est de l'Ouzbékistan, plus personne ne s'aventure à parler du 13 mai 2005. Deux ans après la répression sanglante orchestrée par les forces gouvernementales contre une foule de 10 000 personnes venues manifester leur mécontentement face à la politique du régime, les habitants ne veulent plus parler des massacres. Trop risqué. Ceux qui, par leurs témoignages, ont apporté les preuves que l'armée ouzbek avait délibérément tué près de mille…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.