Didier Lestrade, verte maturité

Écrivain, militant gay et fondateur d’Act Up, Didier Lestrade s’est retiré depuis quatre ans à la campagne. Il publie aujourd’hui son Journal, placé sous le signe de la (re)découverte de la nature et d’Henry D. Thoreau.

Olivier Doubre  • 24 mai 2007 abonné·es

À première vue, la célèbre phrase « Il faut cultiver son jardin » , prononcée de manière quasi obsessionnelle par Candide dans le roman de Voltaire, pourrait être la morale du dernier livre de Didier Lestrade. Tenu avec régularité à partir de 2002, lorsqu'il quitte Paris pour un joli village de Basse-Normandie, ce Journal de campagne débute en effet comme une déclaration d'amour au jardinage, à la solitude et à la contemplation. Or, bien peu de gens s'attendaient à voir un jour s'éloigner

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 5 minutes