L'EPR suspendu au vote

AFP/Jean-Paul Barbier Début avril, quatre militants du Réseau sortir du nucléaire avaient fait leur nid dans un pylône très haute tension proche de Flamanville pour protester contre le coup de force du gouvernement pour imposer l'EPR avant la présidentielle (par erreur, nous avions attribué l'action à Greenpeace dans Politis n° 948). Ultime raout avant le second tour : des acrobates de Greenpeace (cette fois-ci) se sont suspendus le 26 avril à une grue du chantier pour exiger l'abrogation future du récent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.