Pour une opération vérité

On connaît la formule du cardinal de Retz : « Nommer un ministre, c'est faire dix envieux et un ingrat. » Nicolas Sarkozy en vérifie sans doute la justesse ces jours-ci. Il paraît même que la grogne (l'envie ?) gagne son plus proche entourage. Il est vrai que le nouveau président de la République s'est créé un certain nombre de contraintes qui ressemblent à la quadrature du cercle : quinze ministres et pas un de plus, parité hommes-femmes (ce qui avec un nombre impair est déjà une gageure !), des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents