Question sociale, question spatiale

La sociologue Sylvie Tissot étudie la genèse des politiques de la Ville et montre comment, avec la notion de « quartier sensible », on a dépolitisé les problèmes des banlieues et stigmatisé les classes populaires.

En octobre 1990, un jeune de Vaux-en-Velin se tue devant un barrage de police dans un accident de moto. La colère des jeunes se transforme en émeute : affrontements avec la police, incendie et pillages au centre commercial. Rapidement, les commentaires n'évoquent plus l'événement qui a déclenché cette violence mais le « problème des banlieues » et des « quartiers sensibles » . La plupart des journaux soulignent en outre le « paradoxe » entre ces actes et l'inauguration, quelques jours plus tôt, d'un mur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.