Race et nation

De nombreux métis sont nés sous la colonisation française, le plus souvent de pères « européens » et de mères « indigènes ». Lalégislation coloniale s'est saisie assez tôt d'une question brouillant la frontière raciale qui fondait l'ordre colonial et qui, surtout, introduisit la race dans le droit français. L'historienne Emmanuelle Saada a retracé l'histoire de ces « enfants de la colonie » et des mesures prises à leur sujet, révélatrice d'une évolution de l'appartenance nationale en France qui oblige à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents