Une famille algérienne

À travers l’histoire des siens sur six générations, Bachir Hadjadj dépeint la société algérienne de la domination turque, au XIXe siècle, à la guerre d’Indépendance, qui la libère de la colonisation française.

Exilé depuis les années 1970 à Paris, Bachir Hadjadj, Algérien militant des droits de l'homme, a une fille qui est et se sent française « jusqu'au bout des ongles » . Sans renier cette identité, elle s'interroge pourtant sur ses origines et décide un jour d'interpeller son père afin de mieux « savoir d'où [elle] vien [t] ». Aussi, pour répondre à son « attente » , le père décide de prendre, « à son tour, sa place de conteur de la tribu » , comme ses père et grand-père le firent pour lui transmettre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents