De l’énergie (verte) à revendre

L’ouverture des marchés de l’énergie, le 1er juillet, permet aux particuliers de choisir leur fournisseur. Peut-on se risquer à quitter EDF ? Que penser des offres « vertes » ? Faut-il opposer service public et accès aux énergies renouvelables ?

Petite révolution culturelle française : à partir du 1er juillet, les particuliers pourront choisir leur fournisseur d'électricité et de gaz. Et donc délaisser, si l'envie leur prend, les opérateurs historiques que sont EDF (électricité) et GDF (gaz), en position de monopole depuis 1946 ! Les défenseurs du service public dénoncent les risques pour les usagers. Mais l'apologie à tous crins de ces monopoles publics à la française fait peu de cas de leur rôle dans le choix de politiques énergétiques fort peu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.