Un marché sauvage

Une convention internationale vient de soulever le problème du trafic des espèces sauvages, qui menace la biodiversité. Des réglementations existent pourtant, mais la répression est insuffisante.

Le commerce des espèces sauvages se présente désormais comme le plus subtil des pillages du tiers monde. C'est ce qu'a montré la dernière réunion de la Convention de Washington sur le commerce international des espèces menacées (Cites) qui vient de s'achever à La Haye. Pendant deux semaines, se sont affrontés ceux qui veulent exploiter la biodiversité de la planète et ceux qui souhaitent la préserver : les marchands et les écologistes. L'enjeu est de taille puisque le commerce légal ou illégal des espèces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents