Un vulgaire traité

Après tout, ce n'est qu'un traité ! S'il fallait ne trouver qu'une vertu, une seule, au Conseil européen de Bruxelles qui s'est achevé samedi par un accord parsemé d'exceptions, de dérogations et d'accommodements en tout genre, ce serait celle-ci. Nos chefs d'États et de gouvernements ont renoncé, au moins pour quelques années, à nous faire avaler une constitution. Ils n'ont pas suivi Valéry Giscard d'Estaing et quelques autres, qui, au lendemain de la victoire du « non » au référendum de mai 2005,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Winter is coming ou l'effondrement qui vient

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents