Dans la gueule des fourneaux

Jean-Claude Renard  • 26 juillet 2007 abonné·es

Jusqu’à la fin des années1960, le sentiment général est accablant~: la gastronomie roupille, et le slogan « l’imagination au pouvoir » ne trouve aucun écho en cuisine. Une gastronomie qui s’enlise, momifiée dans les palaces, s’encroûtonne dans les lourdeurs académiques fin Félix Faure, début Poincaré, s’épuise dans l’achèvement d’un règne gaulliste poussif. Ces années sont pour Michel Guérard, père de la cuisine minceur, des « années de frustration ». Ça ne va guère durer. Autour de lui s’agitent d’autres perturbateurs. Alain Chapel, les frères Troisgros, Roger Vergé, Marc Haeberlin, Alain Senderens… Au menu, une rupture avec la cuisine traditionnelle, un goût tourné vers le dépouillement, le sens du rythme. Ils prônent une cuisine fraîche et spontanée, sitôt rentrée du marché. À l’instar de Truffaut et Godard s’échappant des studios pour privilégier l’extérieur. Les voilà aussi à l’unisson des mouvements écologiques. Foin du superflu, des mélanges, mais une juxtaposition des saveurs. Les trucages disparaissent, les présentations se simplifient pour viser à l’essentiel, laisser aux produits l’air de ce qu’ils sont.

À la libération des corps, au pantalon tergal, au tailleur minimaliste et à la minijupe correspond donc une cuisine plus légère. Place au plaisir immédiat. De nouveaux matériels y participent (le blender , par exemple, qui autorise de nouvelles mousses et autres textures). Après la Nouvelle Vague et le Nouveau Roman, la Nouvelle Cuisine s’installe. Estampillée officiellement par deux journalistes en marge des convenances, Henri Gault et Christian Millau. Après1968 et non pas avant, car la cuisine est alors un milieu traditionnel.

Pour mener à bien une démarche qui paraît aujourd’hui évidente, mais constitue alors une véritable entreprise de déboulonnage des codes culinaires établis, les casseroleurs répondent à dix commandements. Premièrement~: simplifier. Deuxièmement~: cuire un minimum (un poisson se mange « rose à l’arête »). Troisièmement~: travailler des produits les plus frais possible. Quatrièmement~: réduire la longueur du menu, éliminer les plats convenus. Cinquièmement~: abandonner les marinades, servir les gibiers frais. Sixièmement~: cesser les sauces « riches », brunes et blondes~; utiliser juste du beurre et du jus de citron. Septièmement~: trouver l’inspiration dans les cuisines régionales. Huitièmement~: utiliser les nouvelles technologies (la poêle Téfal, par exemple, qui évite tout corps gras). Neuvièmement~: créer. Dixièmement~: faire valoir la diététique.

De fait, quand Michel Guérard propose sa « salade folle », mariant à l’occasion de cette préparation la vinaigrette et le foie gras, moelleux, au croquant des haricots verts et des asperges, éliminant nappages et glaçages, il jette un pavé dans l’assiette. Un pavé aérien. Le tour de mixer enfin passé, il bouscule encore la tradition en réinventant le pot-au-feu, qu’il imagine de la mer, composé également au foie gras ou encore au canard… Son « risotto retour de Chine, selon Marco Polo » mêle à la tradition d’un plat populaire la finesse de la noix de Saint-Jacques et le jambon de Bayonne, la truffe et les queues de langoustines… C’est là une pincée d’exemples, significatifs. Gavés d’imagination et d’improvisation. La Nouvelle Cuisine s’est ainsi voulue un coup de fouet, né d’un plus ample mouvement, auquel elle ne pouvait échapper, parce que « la cuisine, c’est beaucoup plus que des recettes » , selon l’expression d’Alain Chapel, parce qu’elle s’inscrit pleinement dans une histoire culturelle, politique, sociale et économique.

Société
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant