Dans la gueule des fourneaux

Jusqu'à la fin des années1960, le sentiment général est accablant~: la gastronomie roupille, et le slogan « l'imagination au pouvoir » ne trouve aucun écho en cuisine. Une gastronomie qui s'enlise, momifiée dans les palaces, s'encroûtonne dans les lourdeurs académiques fin Félix Faure, début Poincaré, s'épuise dans l'achèvement d'un règne gaulliste poussif. Ces années sont pour Michel Guérard, père de la cuisine minceur, des « années de frustration ». Ça ne va guère durer. Autour de lui s'agitent d'autres…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.