Des hominidiens au palais des Papes

Le festival « in » a bien commencé avec « l’Acte inconnu »,
de Valère Novarina, mais Céline et Claudel donnent lieu
à des spectacles peu convaincants.

Le tandem directeur du festival d’Avignon – Hortense Archambault et Vincent Baudriller – n’a pas fait au public le cadeau traditionnel d’un classique dans la Cour d’honneur pour l’ouverture. Il a confié ce lieu très symbolique à Valère Novarina, tout en faisant reprendre les Paravents de Genet (un classique, quoi qu’en dise le public conservateur) dans la mise en scène plutôt heureuse de l’artiste invité, Frédéric Fisbach, et en envoyant sur une autre aile du dispositif la charge lourde de l’Allemand…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents