Hésitations

La nouvelle diplomatie française se cherche. Après un affichage très atlantiste, que la nomination de Bernard Kouchner au Quai d’Orsay n’a surtout pas démenti, Nicolas Sarkozy donne l’impression de vouloir se frayer un chemin entre la lourde tutelle américaine et des velléités d’indépendance. Il s’agit, dans le cadre d’un alignement sur la politique américaine, de se ménager quelques apparences d’autonomie. Le dossier libano-syrien est aujourd’hui l’enjeu de cet exercice de haute voltige. Celui-ci offre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.