«~La poésie est dans la rue ~»

Florilège de mots~: « Ici on spontane » ~; « Exagérer, c'est commencer d'inventer » ~; « Ne vous emmerdez pas, merdifiez » ~; « Nous refusons d'être HLMisés, diplômés, recensés, endoctrinés, sarcellisés, sermonnés, matraqués, télémanipulés, gazés, fichés. » Dans ce printemps 1968, il n'y a pas que les pavés qui volent. Le langage se veut au diapason. « La poésie est dans la rue. » Avec un discours où caracolent phrases et sentences, où poulopent les adjectifs, s'enhardit tout un bastringue verbal.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Macron, l’Europe et Poutine

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.