Le poids de la famille

Un film, un documentaire et un portrait consacrés à la mafia. Sombre tableau.

C'est évidemment une source d'inspiration pour romanciers et cinéastes. Francesco Rosi en a usé pour des oeuvres remarquables, de Salvatore Giuliano (1961) à l'Affaire Mattei (1972) ou Cadavres exquis (1975). La réalité est plus sombre encore que sur la pellicule et remet loin. Les origines de la mafia sont à l'image de l'organisation clandestine. Troubles. Elle naît probablement au mitan du XIXe siècle, en opposition à toute idée de soumission à un État central. Son nom relèverait d'une origine arabe, la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents