Malheur aux perdants

Il y a un an, le candidat de centre gauche à la présidentielle, Andres Manuel Lopez Obrador (Amlo), contestait le résultat du scrutin et mobilisait pendant des semaines des centaines de milliers de partisans. Qu'est-il devenu ? Après la confirmation des résultats, il avait promis de sillonner le pays. Pour mobiliser les mécontents et constituer un contre-pouvoir. Il a tenu parole, mais pas avec le résultat escompté, puisque son concurrent conservateur, Felipe Calderon, préside aujourd'hui tranquillement et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.