Un marché de dupes ?

Les associations s’engagent avec circonspection dans le « Grenelle de l’environnement », qui devrait se tenir fin octobre. Elles craignent une récupération par le gouvernement et une division de leurs troupes.

Jeudi dernier, lors d’une réunion « vérité » dans le bureau de Nathalie Kosciusko-Morizet, une note émise la veille par le cabinet de la secrétaire d’État à l’Écologie met le « Grenelle de l’environnement » au bord de l’implosion, avant même son lancement officiel : au lieu d’une négociation multipartite 1, il n’est plus question que d’un simple processus de proposition destiné à inspirer un plan d’action gouvernemental ! Démenti gêné de « NKM »… avant confirmation, lundi, de son patron Jean-Louis Borloo !…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents