Élections à haut risque

Prix Nobel de la paix, Rigoberta Menchú mène une campagne difficile en vue du scrutin du 9 septembre. Elle ne sera probablement pas au second tour le 4 novembre.

Claude-Marie Vadrot  • 6 septembre 2007 abonné·es

Le 28 août, Clara Luz López, candidate proche de Rigoberta Menchú dans la municipalité de Cassilas, dans le sud-est du pays, a été abattue de plusieurs balles devant son domicile. Au cours des dix-huit derniers mois, les autorités guatémaltèques ont enregistré 8 692 assassinats, dont 2 904 au cours des six premiers mois de 2007. L'équivalent, si les chiffres sont rapportés à la population (14,6 millions d'habitants), de 36 500 meurtres sur le territoire français, alors qu'il y en a eu 980 pour l'année 2006 ! Cet écart dit clairement le climat de violence dans lequel se déroule la campagne électorale qui s'achèvera le 9 septembre par l'élection des conseillers municipaux, des parlementaires et du président de la République.

La vedette de cette

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes