Les fils des forges

Les funérailles de la dernière grande aciérie des Ardennes, Thomé-Génot, liquidée par des repreneurs américains.

L'histoire repasse les plats. Elle fonctionne dans la rime. Liquidation et délocalisation. Démolition et mondialisation. Elle possède sa poétique du pire sans mesurer l'alexandrin. Les histoires de Moulinex se suivent. Se ressemblent. À quelques variantes près. Marcel Trillat a planté son décor dans les Ardennes. Ça sent le pays vallonné, le froid lourd et le ciel noir, les rivières pépères qui cherchent la bonne pente, les silhouettes courbées. À Nouzonville, on façonne l'acier depuis Henry IV. Les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.