« Les modes de pouvoir se sont transformés »

Historien et philosophe, Pascal Michon analyse le capitalisme mondialisé à l’aide de la notion de « rythme ». Une lecture originale et ambitieuse du monde contemporain.

Pour analyser le monde contemporain, votre travail donne une large place à la notion de rythme, pourtant assez peu fréquente en philosophie. Pourquoi et comment l'utilisez-vous ? Pascal Michon : Je pars du constat que le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui est radicalement différent de celui que nous avons connu lors de la période 1945-1990. Cette nouveauté exige, selon moi, une conversion intellectuelle et des concepts nouveaux. Ceux qui abordent le monde contemporain à partir des questions du passé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.