Une grimace d’avance

Éric Chevillard imagine les conséquences catastrophiques de la disparition du grand singe roux. « Sans l’orang-outan » est un roman comique et politique.

Sans l'orang-outan est le roman le plus politique de cet automne. Y aurait-il une légère exagération dans ce propos ? Peut-être même une certaine provocation, tant les romans d'Éric Chevillard ne se prêtent guère à ce type d'interprétation ? Les articles qu'ils suscitent, souvent élogieux, les présentent généralement comme de jubilatoires entreprises d'écriture subtile, drolatique et déconcertante, retravaillant des genres littéraires en les pervertissant de l'intérieur, et aux enjeux hautement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents