Best of colonial

Dans « la Comédie indigène », le Tunisien Lofti Achour met en scène une histoire des clichés racistes véhiculés par les autorités politiques, culturelles ou scientifiques françaises. Pour mieux les démonter.

À La Villette, dans l'une des vieilles bâtisses de brique et de pierre survivant au milieu d'un monde blanc et métallique, se trouvait le Tilf, Théâtre international de langue française, haut lieu du répertoire francophone que dirigeait Gabriel Garran. Une nouvelle directrice est venue : Valérie Baran, qui a rebaptisé la salle Tarmac et qui, gardant le cap francophone en le métissant volontiers, lui a donné une orientation plus politique et souvent audacieuse. On vient y voir des spectacles mais, tout…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents