Être journaliste au pays de Poutine

« Novaïa Gazeta », le journal d’Anna Politkovskaïa, assassinée il y a un an, poursuit son combat pour l’information dans un paysage médiatique sinistré et dangereux. Reportage.

Ce jour-là, Olga Bobrova part enquêter sur des violences policières commises à Alexandrov, ville d'environ 80 000 habitants, à une centaine de kilomètres au nord-est de Moscou. Comme une équipe de la télévision allemande l'accompagne, le voyage se fait en voiture. Autrement, elle se déplace en train et à pied, seuls moyens de transport que le journal qui l'emploie, Novaïa Gazeta, peut s'offrir. L'itinéraire passe par une campagne qui compte moins de troupeaux qu'avant la chute de l'URSS, mais plus de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.